Trésors de nos collections

Où les livres sont des objets d'art...

Lorsqu’on étudie le livre ancien, on s’intéresse bien sûr à son contenu : laïc ou religieux ? Langue vernaculaire, latin ? Philosophie, géographie, manuel de grammaire ? Antiphonaire, missel, ou encore textes sacrés… ? Pourtant, ce qui nous attire l’œil en premier lieu, ce qui fait vibrer nos cordes d’esthète, ce sont les reliures.

 

Livre des prouffitz

 

Les fonds anciens de la bibliothèque du Puy-en-Velay regorgent d’exemplaires de toutes époques magnifiquement reliés, décorés, dorés. Autant d’aspects qui nous en apprennent beaucoup sur l’histoire personnelle de chacun des livres que nous conservons. Petit tour d’horizon de quelques pièces parmi les plus remarquables…

 Patr PuyenVelay.LollWillems 82

 

Innocent IV, Apparatus Decretalium, Venise : Bernardino Stagnino, 1495 - FG 3010 R

Voici une demi-reliure du XVe siècle : le cuir ne recouvre que la moitié du « plat » de reliure. Il est lui-même appelé « peau retournée », c’est-à-dire qu’on a utilisé le côté interne de la peau, plus duveteux, plutôt que son côté externe, plus courant. Le cuir est tendu sur un ais : une planchette de bois, le plus souvent issue d’un arbre fruitier, qui structure la reliure.

FG 3010 R 14 FG 3010 R 1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Presque systématiquement à cette époque, les plats de reliure sont maintenus côté « gouttière » (tranche du livre qui laisse apparaître les pages) par des fermoirs. Ici, on voit nettement que la partie en cuir des fermoirs était colorée de rouge. Le mécanisme du fermoir, lui, est en métal.

 

FG 3010 R 3

 FG 3010 R 13

 

 

 

 

 

 

 

 

Jean Barbier, Viatorium utriusque juris, Lyon : Joannis Trechsel, [1488-1490] - FC 2752

Il n'est pas rare que les fermoirs fassent l'objet d'une attention particulière, et deviennent de véritables pièces d'orfèvrerie. C'est le cas de ce petit incunable, publié autour de 1488-1490 (et dont l'auteur est l'yssingelais Jean Barbier). Son fermoir est en cuivre, et présente un motif floral particulièrement fin.

FC 2752 28

 FC 2752 24

 

 

 

FC 2752 34

 

 FC 2752 30

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sa reliure, certainement d'époque ou peu s'en faut, est par ailleurs remarquablement travaillée : on y voit tout un décor estampé à froid (c'est-à-dire sans dorure) de filets entrecroisés, présentant des motifs floraux au petit fer. Le cuir utilisé est un veau, tendu sur ais.

 

FC 2752 4

 

 

Francis Bacon, L'Artisan de la fortune, Paris : Pierre Rocolet, 1640 - FC 2323

FC 2323 15

 

L'un des cuirs de reliure les plus utilisés, quand il s'agit de beau livre, est le maroquin. Il s'agit d'une peau de chèvre, de belle qualité, dont la teinte la plus courante est le rouge (il en existe beaucoup d'autres).

Le maroquin se prête très bien à la décoration. Ici, il est presque entièrement "fleurdelisé" à la feuille d'or, et les décors se retrouvent jusque dans les parties les plus inaccessibles de la reliure. L'irrégularité de la répétition du motif, bien plus serrée en haut et en bas que sur les côtés, montre que les fleurs de lys ont été réalisées au petit fer.

La tranche est remarquablement dorée, donnant ainsi un aspect encore plus luxueux à ce petit livre du XVIIe siècle.

 

 

FC 2323 22

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 La suite dans un prochain article...

 

 

 

 

Où les livres sont des objets d'art...

Lorsqu’on étudie le livre ancien, on s’intéresse bien sûr à son contenu : laïc ou religieux ? Langue vernaculaire, latin ? Philosophie, géographie, manuel de grammaire ? Antiphonaire, missel, ou encore textes sacrés… ? Pourtant, ce qui nous attire l’œil en premier lieu, ce qui fait vibrer nos cordes d’esthète, ce sont les reliures.

 

Livre des prouffitz

 

Les fonds anciens de la bibliothèque du Puy-en-Velay regorgent d’exemplaires de toutes époques magnifiquement reliés, décorés, dorés. Autant d’aspects qui nous en apprennent beaucoup sur l’histoire personnelle de chacun des livres que nous conservons. Petit tour d’horizon de quelques pièces parmi les plus remarquables…

 Patr PuyenVelay.LollWillems 82

 

François Bacon, Jean Baudoin, Les Œuvres morales et politiques de messire François Bacon, grand chancelier d'Angleterre, de la version de J. Baudoin, Paris : P. Rocolet, F. Targa , 1633 - FC 2272

FC 2272 17

 

Nous voyons ici l'un des décors de reliure les plus plus célèbres de l'époque moderne : la reliure "à la Du Seuil". Nommée ainsi d'après un relieur du XVIIIe siècle, Augustin Du Seuil, elle est caractérisée par un double encadrement de filets dorés, avec des fleurons aux angles de l’encadrement intérieur, sur maroquin.

 

Augustin Du Seuil fut en son temps relieur ordinaire du roi Louis XV, après avoir été celui du duc et de la duchesse de Berry. Bien que ce décor existât avant que Du Seuil en fit son apanage, son nom qualifie aujourd'hui toutes les reliures de ce type, quelle que soit leur époque.

 

 

 Malheureusement, il n'a jamais été dans les habitudes d'Augustin Du Seuil de signer ses travaux. Il est donc presque impossible de différencier une reliure "à la Du Seuil" d'une reliure de Du Seuil...

 

 

Détail notable de cette reliure-ci : on peut voir de fins décors sur les "chasses".

FC 2272 8

 

Tout comme ceux qui apparaissent sur l'épaisseur des plats, ils ont été réalisés "à la roulette", outil permettant de reproduire avec régularité un motif sur une grande longueur. 

 FC 2272 3 

 

[Bible vénitienne], Venise : Ottaviano Scoto, 1480 - FG 9631 R

Un saut dans le temps nous permet de revenir au XVe siècle, pour découvrir cette reliure relativement atypique, venant couvrir une bible "incunable" (premiers imprimés de l'histoire).

FG 9631 R 6

 FG 9631 R 61

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A première vue, la reliure est assez commune pour son époque : motifs géométriques et répétitifs estampés à froid, encadrement de filets multiples, fermoirs métalliques. Mais à bien y regarder...

Le motif ci-dessus, à droite, est une fleur à quatre pétales dans un carré aux côtés concaves. Il aurait pu être tout à fait classique s'il avait été répété grâce à roulette. Pourtant, on voit nettement, par la légère irrégularité de son placement, qu'il a été apposé au petit fer. 

FG 9631 R 62

La même étrangeté se retrouve sur les décors centraux : plutôt que d'utiliser un petit fer en forme de canne à sucre pour imiter des entrelacs, ce sont deux petits fers, l'un droit, l'autre arrondi, qui ont été associés.

 

 

A ce stade de l'exploration, on pourrait conclure que l'atelier qui a réalisé les décors était modestement outillé. Et pourtant...

Il est courant de retrouver de petites pièces métalliques placées sur les plats : ce sont des "bouillons". Alors qu'on a l'habitude d'en trouver quatre, huit maximum, disposés de manière géométrique aux angles ou au centre des encadrements, on en distingue ici une multitude, de très petite taille. Bien que certains aient disparus, on peut estimer leur nombre à 43.

 FG 9631 R 4

On note également des fermoirs métalliques à la forme plutôt rare, avec des détails gravés, associés à des clous de l'autre côté de la reliure maintenant les lanières de cuirs (aujourd'hui disparues) relativement fins.

FG 9631 R 9

 

L'atelier n'était donc pas dénué de matériel !

Où les papes rappellent qui fait la loi...

Bien à l'abri dans les réserves patrimoniales de la bibliothèque du Puy-en-Velay, si l'on cherche bien, on peut tomber sur deux fragments de papyrus médiévaux, extrêmement rares déjà à leur époque.

 

Livre des prouffitz

 

Il s'agit de deux bulles papales, l'une émanant de Sylvestre II, en 999, l'autre de Léon IX, en 1052. A cette époque, le parchemin, bien plus solide et plus pratique que le papyrus, est le support d'écriture le plus répandu en Europe occidentale. On trouve pourtant, jusqu'en 1052 justement, quelques exemples de documents encore écrits sur papyrus, la plupart produits en Italie, mais de plus en plus rares.

C'est Dario Internullo, chercheur en papyrologie de l'Université de Naples, qui a démontré dans un article de 2016, que la bulle de Léon IX que nous conservons au Puy est la dernière occurrence d'utilisation du papyrus qui nous soit parvenue.

 

Ms117 cadre verso étiquette2

 

 
Mais que font ces documents au Puy ?
Représentation de Sylvestre II dans une enluminure des Évangiles dOtton III fin Xe début XIe sièclejpg

 

Sylvestre II, originaire d'Aurillac, rappelle par cette bulle le pouvoir de l'autorité papale, en déposant l'évêque Estienne, nommé au Puy sans élection et sans accord du pape. Il installe à sa place Théotard, élu par le Chapitre.

Ci-contre, une représentation de Sylvestre II dans une enluminure des Évangiles d'Otton III.

 

Leon IX

 

Léon IX quant à lui, à la demande du Clergé du Puy, désigne Pierre de Mercœur à la succession de son oncle l’évêque Estienne de Mercœur, contre la candidature de Bertrand, archidiacre de Mende. Ce dernier, réputé ambitieux, est soupçonné d’avoir monnayé le soutien d’Henri Ier à sa candidature.

Ci-contre, une représentation de Léon IX sur la charte manuscrite d'un monastère italien du XIIIe siècle.

 

 

Ces deux documents sont donc des rappels de l'autorité pontificale, envoyés directement de Rome au Puy, et arbitrant des conflits locaux.

On sait qu'ils se trouvaient dans les archives épiscopales au XVIIe siècle, puis nous en perdons la trace jusqu'au XIXe siècle. La bulle de Léon IX est donnée au musée Crozatier par Francisque Mandet avant 1868, puis a été déposée à la bibliothèque du Puy-en-Velay. La bulle de Sylvestre II aurait été donnée à la bibliothèque par la Société académique du Puy.

 

Qu'y voit-on ?

 

DSCN3916 JPGPresque plus rien... Et c'est pour cela que nous lançons en 2022 une restauration qui sera opérée par Aurelia Streri, spécialiste du papyrus. Le mauvais conditionnement des documents, additionné à l'extrême fragilité du papyrus, ont fait de leur restauration une urgence. La Région Auvergne-Rhône-Alpes et la Direction Régionale des Affaires Culturelles ont été sollicitées pour subventionner le chantier en complément du financement de la Ville du Puy-en-Velay. C'est l'atelier d'Aurélia Streri (ci-dessus), spécialiste du papyrus, qui a été retenu pour mener les opérations, qui seront finalisées par une numérisation de très haute qualité (réalisée par Laurent Juillard) permettant de rendre de nouveau lisibles les écrits.

 

Ms117 papyrus effacement de lécrit Copie

 

On peut toutefois encore distinguer quelques éléments. Sur la bulle de Sylvestre II, on devine tout juste quelques lignes d'écriture, en minuscules carolines, sans vraiment pouvoir en lire le texte. Heureusement, nous savons que la Bibliothèque Nationale de France conserve l'autre partie du document (visible ici), ce qui a permis à Léopold Delisle, au XIXe siècle, de comprendre le sujet de la bulle (à lire ici).

 

La bulle de Léon IX, elle, laisse voir des éléments très importants pour l'histoire de la "diplomatique" chrétienne.

Ms117 papyrus rota Copie

 

 La rota : mise en place sous Léon IX, elle perdure sous une forme légèrement différente durant les siècles suivants. On voit ici l'un des premiers exemples de rota de l'histoire.

 

 

 

 

 

 

 

Ms117 papyrus lacunes Copie

 

Le Bene Valete : monogramme de salutations, utilisé sous cette forme depuis le XIe siècle. C'est donc également l'un des premiers exemples de ce symbole diplomatique.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ms117 papyrus comma

 

Le comma (ou komma) : c'est cette virgule difficile à distinguer qui apparaît elle aussi sous Léon IX et très peu utilisée après lui.

Où les mots sont superflus...

L'été 2022 verra la bibliothèque accueillir une belle exposition réalisée à partir des documents iconographiques du fonds patrimonial. A cette occasion : petit focus sur le fabuleux fonds iconographique Léon Cortial, qui rassemble quelques 1400 images de toutes tailles, de toutes natures, et sur tous les sujets !

Patr PuyenVelay.LollWillems 39

Léon Cortial a passé une grande partie de sa vie à collectionner l'histoire locale : objets en tous genre (aujourd'hui au musée Crozatier), livres rares et même uniques (conservés à la bibliothèque), et un ensemble de 1415 documents iconographiques. Des gravures, des photographies, des affiches, des cartes géographiques,... qui nous donnent une belle illustration du Velay à travers les siècles.

Nous retrouvons bien sûr des vues du Velay et de ses monuments, sous toutes les coutures !

 light1light2light3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De nombreux documents abordent la vie de La Fayette (régulièrement exposés, notamment aux États-Unis). Parmi eux, plusieurs sont en fait des caricatures de presse ; et ces dernières ne le présentent pas vraiment sous son meilleur jour...

 light02Light01

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Une belle galerie de portraits, très diversifiés, nous présentent les grands (et petits) personnages de notre région.

 light1light2light3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et les célébrités du règne animal ne sont pas en reste...

 l1l2l3

 

Où l'on observe un best-seller des débuts de l'imprimerie...
IMG 56432

 

... la Margarita Philosophica (« La perle philosophique ») de Gregor Reish.

 

 

 

 

 

 

 

Rédigée dans les dernières années du XVe siècle, la première publication de cette œuvre date de 1503, et sera réimprimée à de nombreuses reprises tout au long du XVIe siècle. Pour preuve, les collections de la bibliothèque du Puy-en-Velay en conservent deux : la première de 1512, la seconde de 1517.

IMG 56442 IMG 56462

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

À l’origine de ce succès, un concept novateur : il s’agit de la première encyclopédie imprimée du monde occidental. Elle se présente sous forme de dialogue entre un maître et son élève (à l'image de la première gravure affichée ci-dessus), et aborde les nombreuses disciplines d’enseignement qui sont le reflet à la fois de la tradition médiévale et de la transition vers la curiosité humaniste. De très nombreuses gravures, en pleine page ou sous forme de vignettes, viennent illustrer le texte d’allégories et d’exemples destinés à faciliter la compréhension du texte. On peut voir ci-dessus l'astronomie à gauche, la géométrie à droite.

 

IMG 56432

Dans la partie dédiée à la géographie, basée sur les connaissances transmises par Ptolémée (IIe ap. J.-C.), on trouve ce qui serait la première mention imprimée du continent américain, sous la forme d'une note sur une mappemonde :

« Hic non terra sed mare est : in quo mire magnitudinis Insule, sed Ptolemeo fuerunt incognite »

« Ici il n’y a pas de terre, mais la mer dans laquelle on trouve des îles qui étaient inconnues de Ptolémée »

 

 

 

 

Ci-dessus, on voit la représentation du vent d'Ouest, le Zéphyr, soufflant sur l'Afrique.

 

IMG 563421

 

L'exemplaire de la bibliothèque du Puy, daté de 1512 et imprimé chez Gruninger, présente une très belle reliure. Les plats sont entièrement estampés aux petits-fers et à la roulette. On y trouve les représentations de motifs floraux, d'animaux et de figures humaines, toujours parfaitement reconnaissables, malgré les frottements et les dégradations dues au temps. Autre élément remarquable, bien plus rare : les tranches dorées sont également gaufrées en formes géométriques répétitives.

 

IMG 56492

 

Si cet article a éveillé votre curiosité, n'hésitez pas à demander à consulter ce document ! Pour cela, rendez-vous au deuxième étage de la bibliothèque, avec votre carte d'abonnement, obligatoire pour consulter des documents du fonds patrimonial.

Toutes les images de cette page sont issues de nos éditions de la Margarita Philosophica.

Où l'on parle de mouches à miel et où l'on voit des sangliers anthropomorphes...

Livre des prouffitz

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'un des trésors de nos collections d'imprimés est un petit livre imprimé au début du XVIe siècle, connu sous le nom de Livre des Prouffitz champestres et ruraulx. Initialement rédigé en latin dans les premières années du XIVe siècle, par l'italien Pietro de Crescenzi, il s'est d'abord intitulé Ruralium Commodorum. Il devient très rapidement une telle référence de l'agronomie médiévale qu'il fut traduit en français sur ordre du roi dès 1373.

titre

travaux

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pietro de Crescenzi adopte une structure encyclopédique, novatrice à cette époque, pour la rédaction de son traité : il regroupe en douze thématiques les grands domaines de l'agronomie. Il s'appuie sur les grands auteurs qui l'ont précédés sur ce sujet : Aristote pour ce qui est des plantes, Palladius pour, entre autres, l'élevage des "mouches à miel", etc.

mouches1

Dès ses premières éditions imprimées, tout comme dans ses versions manuscrites, le Livre des Prouffitz a bénéficié d'un riche développement iconographique. Tout au long des pages de notre exemplaire (daté de 1516, imprimée chez Petit et Le Noir), on retrouve des gravures sur bois, qui pour certaines, sont fidèles aux enluminures qui décoraient les premiers manuscrits.

Livre III – Les cultures céréalières

cérérales

Livre IV – La vigne et le vin

vigne

Livre V – L'arboriculture et les fruits (médecine et alimentation)

arbres

Livre VI – La culture des plantes du jardin (médecine et alimentation)

plantes

Livre IX – L'élevage (des chevaux jusqu'aux paons)

Animaux

On remarque également de très nombreuses lettrines, de styles très variés, qui parfois prêtent à sourire.

L1

N

 

 

 

 

 

 

 

L3

J

 

 

 

 

 

 

 

La reliure ancienne, bien que très endommagée, "frottée", laisse encore deviner des décors géométriques, peut-être floraux ou animaux, réalisés "à la roulette". Grâce à une restauration récente, les plats décorés dont on voit nettement qu'ils étaient détachés du livre sont de nouveau parties intégrantes de sa structure.

 plat sup

Si cet article a éveillé votre curiosité, n'hésitez pas à demander à consulter ce document ! Pour cela, rendez-vous au deuxième étage de la bibliothèque, avec votre carte d'abonnement, obligatoire pour consulter des documents du fonds patrimonial.

Toutes les images de cette page sont issues de notre édition du Livre des Prouffitz.