Où les livres sont des objets d'art...

Lorsqu’on étudie le livre ancien, on s’intéresse bien sûr à son contenu : laïc ou religieux ? Langue vernaculaire, latin ? Philosophie, géographie, manuel de grammaire ? Antiphonaire, missel, ou encore textes sacrés… ? Pourtant, ce qui nous attire l’œil en premier lieu, ce qui fait vibrer nos cordes d’esthète, ce sont les reliures.

 

Livre des prouffitz

 

Les fonds anciens de la bibliothèque du Puy-en-Velay regorgent d’exemplaires de toutes époques magnifiquement reliés, décorés, dorés. Autant d’aspects qui nous en apprennent beaucoup sur l’histoire personnelle de chacun des livres que nous conservons. Petit tour d’horizon de quelques pièces parmi les plus remarquables…

 Patr PuyenVelay.LollWillems 82

 

François Bacon, Jean Baudoin, Les Œuvres morales et politiques de messire François Bacon, grand chancelier d'Angleterre, de la version de J. Baudoin, Paris : P. Rocolet, F. Targa , 1633 - FC 2272

FC 2272 17

 

Nous voyons ici l'un des décors de reliure les plus plus célèbres de l'époque moderne : la reliure "à la Du Seuil". Nommée ainsi d'après un relieur du XVIIIe siècle, Augustin Du Seuil, elle est caractérisée par un double encadrement de filets dorés, avec des fleurons aux angles de l’encadrement intérieur, sur maroquin.

 

Augustin Du Seuil fut en son temps relieur ordinaire du roi Louis XV, après avoir été celui du duc et de la duchesse de Berry. Bien que ce décor existât avant que Du Seuil en fit son apanage, son nom qualifie aujourd'hui toutes les reliures de ce type, quelle que soit leur époque.

 

 

 Malheureusement, il n'a jamais été dans les habitudes d'Augustin Du Seuil de signer ses travaux. Il est donc presque impossible de différencier une reliure "à la Du Seuil" d'une reliure de Du Seuil...

 

Détail notable de cette reliure-ci : on peut voir de fins décors sur les "chasses".

FC 2272 8

 

Tout comme ceux qui apparaissent sur l'épaisseur des plats, ils ont été réalisés "à la roulette", outil permettant de reproduire avec régularité un motif sur une grande longueur. 

 FC 2272 3 

 

[Bible vénitienne], Venise : Ottaviano Scoto, 1480 - FG 9631 R

Un saut dans le temps nous permet de revenir au XVe siècle, pour découvrir cette reliure relativement atypique, venant couvrir une bible "incunable" (premiers imprimés de l'histoire).

FG 9631 R 6

 FG 9631 R 61

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A première vue, la reliure est assez commune pour son époque : motifs géométriques et répétitifs estampés à froid, encadrement de filets multiples, fermoirs métalliques. Mais à bien y regarder...

Le motif ci-dessus, à droite, est une fleur à quatre pétales dans un carré aux côtés concaves. Il aurait pu être tout à fait classique s'il avait été répété grâce à roulette. Pourtant, on voit nettement, par l'irrégularité de son placement, qu'il a été apposé au petit fer. 

FG 9631 R 62

La même étrangeté se retrouve sur les décors centraux : plutôt que d'utiliser un petit fer en forme de canne à sucre pour imiter des entrelacs, ce sont deux petits fers, l'un droit, l'autre arrondi, qui ont été associés.

 

 

A ce stade de l'exploration, on pourrait conclure que l'atelier qui a réalisé les décors était modestement outillé. Et pourtant...

Il est courant de retrouver de petites pièces métalliques placées sur les plats : ce sont des "bouillons". Alors qu'on a l'habitude d'en trouver quatre, huit maximum, disposés de manière géométrique aux angles ou au centre des encadrements, on en distingue ici une multitude, de très petite taille. Bien que certains aient disparus, on peut estimer leur nombre à 43.

 FG 9631 R 4

On note également des fermoirs métalliques à la forme plutôt rare, avec des détails gravés, associés à des clous de l'autre côté de la reliure maintenant les lanières de cuirs (aujourd'hui disparues) relativement fins.

FG 9631 R 9

 

L'atelier n'était donc pas dénué de matériel !