logo bib

logo header sauf acceuil

Aide
Identification OPAC

amelie nothomb 553729

Mais qu’allait-elle faire dans cette galère ! Sur le papier, Soif a tout de l’exercice de style casse-figure. Amélie Nothomb s’incarne dans un Jésus en pleine Passion, isolant la souffrance du corps pour parler d’un homme. Réussite ?

La force de l’écrivaine reste incontestablement son verbe. Et comme il est écrit que le Verbe s’est fait chair, elle était la mieux armée pour s’attaquer à pareil défi.

L’ironie baigne ce court texte et c’est peut-être l’une de ses forces. Après une farce de procès où tous les miraculés accusent Jésus de mauvaise foi, le ton prend plus de gravité. Jésus constate ses fautes. Cette introspection à cœur ouvert et pleine d’émotions n’est pas sans rappeler un grand classique : Le dernier jour d’un condamné. Car c’est bien ce que le lecteur va vivre. Cette ultime nuit et journée où un homme s’interroge sur lui-même.

Plus qu’un questionnement métaphysique, ou qu’un essai théologique, Soif est une plongée dans la chair. Là, réside le véritable intérêt de ce livre. Le reste relève plus d’un patchwork de grands thèmes religieux sans grande prétention. Non. Derrière « la magie », ou « l’amour », c’est bien du corps dont il est question. Soif est un hymne à la sensation, aux ressentis de toutes formes, à la beauté des corps, voire à leur sensualité. Chaque mot est pétri de sensitivité. En lisant, le corps du lecteur s’identifie vraiment à celui de papier qui traduit l’amour, la douceur, la quiétude, la colère, la douleur et la souffrance. Certes, la soif se taille la part du lion mais il ne faudrait pas oublier le regard. Ce livre avare de dialogue (quand il y en a, ils sont découpés à la perfection), sublime le pouvoir du regard. Les yeux, silencieux, parlent mieux que tout. Ils sont veilleurs et tendresse, colère et humiliation. Voir, c’est accepter d’être regardé – même à terre.

L’erreur, malgré tout, d’Amélie Nothomb est d’avoir voulu prendre un contre-pied un peu systématique sur chaque étape de la Passion. Plus que d’apporter un nouveau souffle, cela fatigue la lecture qui devient vite une attente sans surprise de l’image d’Épinal suivante. Que son Jésus démentisse certain de ses actes, quel intérêt au fond ?

Enfin, comme souvent chez Amélie Nothomb, certaines formules viennent percuter la lecture et reste un moment flottant, comme son Jésus final, désincarné, qui lit sa vie de loin : « Nul besoin de stylo ou de clavier lorsqu’on écrit dans le tissu de son délice ».

 

Soif / Amélie Nothomb

 

Philippe

 OPAC Sélection de notices

Filtres facettes

logo bib footer2

BIBLIOTHÈQUE MUNICIPALE DU PUY-EN-VELAY
5 Place de la Halle - 43000 Puy en Velay
Tél. 04 71 02 46 10
bibliotheque.municipale@lepuyenvelay.fr

picto accessibilite1picto wifipicto ordinateur

logo ville puy en velay
logo le theatre
logo hotel dieu
logo atelier des arts
ot puy en velay2